bandeauMobilités et (R)évolutions numériques

15e colloque du GT Mobilités Spatiales, Fluidité Sociale (MSFS)

Du 8 au 9 novembre 2016, à Champs-sur-Marne (Marne-la-Vallée)

Mardi 8
Equiper
Stéphanie Vincent-Geslin
› 11:30 - 12:00 (30min)
› Amphithéâtre
Mise en application(s) d'une découverte équipée du monde
Jan Smolinski  1@  
1 : Centre d'Etude et de Recherche Travail Organisation Pouvoir  (CERTOP)  -  Site web
CNRS : UMR5044, Université Toulouse le Mirail - Toulouse II, Université Paul Sabatier (UPS) - Toulouse III
5 Allée Antonio Machado 31058 TOULOUSE CEDEX 1 -  France

L'architecture numérique, au moment où elle épouse l'espace physique de mobilité (Greenfield, 2010), favorise l'utilisation in situ de terminaux mobiles constituants et dépendants de réseaux d'informations numériques. Un ensemble de dispositifs porteurs d'interactions, de stimulations et d'actions marchandes trouve ainsi matière à enracinement. Recourir à ces technologies revient à modifier notre relation à l'espace, à l'habiter différemment en se munissant d'un « écosystème de données personnelles » qui dote les limites du corps d'une enveloppe invisible ou « habitèle » (Boullier, 2004, 2011).

Afin d'interroger les nouvelles potentialités d'action permises par l'« infomobilité » (Marzloff, 2005) et de participer à l'analyse des modifications que suscite l'introduction de ces nouvelles technologies sur « les pratiques de mobilité, leurs formes » et « leur contenu » (Rallet et al., 2009), nous avons conçu et mené une enquête ayant pour objectif de mesurer les incidences de l'usage d'une application mobile sur le déroulement de la visite d'un centre historique urbain. Attentifs aux aptitudes des individus mobiles à donner sens aux objets imprévus qui se présentent en chemin (Merton et Barber, 2006), nous avons souhaité mettre un usager équipé au contact d'un environnement à consommer et rendre compte du rôle tenu par son équipement dans le processus de pérégrination.

Nous avons suivi à la trace 16 couples dans leur exploration de la ville afin d'observer leurs déplacements et la manière dont l'environnement numérique mobile peut agir sur la relation à l'espace physique. Avant de débuter le périple, un support de visite papier (livret touristique et plan de la ville) a été remis à l'ensemble des enquêtés. 8 couples ont reçu un équipement supplémentaire constitué d'un smartphone muni d'une application, à vertu sérendipitaire (Catellin, 2014), dédiée à la découverte et conçue spécifiquement afin d'y encapsuler une forme de « script d'usage » (Akrich, 1992). Pour assurer un suivi pas à pas et de clic en clic des enquêtés, les 32 personnes ont été dotées d'un GPS permettant le recueil des traces des déplacements physiques de chacun des participants, et l'application a livré des données d'usage en révélant le traçage numérique des éventuels recours aux indices géolocalisés proposés par l'application. L'utilisation d'une méthodologie d'enquête génératrice de traces numériques (relevés GPS, historique de navigation), par la confrontation des traces de déplacement des deux groupes de participants (avec et sans application), a permis une mesure de l'incidence de l'usage d'une application mobile sur le déroulement de la visite et a révélé que l'usage de ce dispositif numérique affecte de bien des façons le rythme, l'orientation et les modalités de prise d'informations des visiteurs.


Personnes connectées : 1