bandeauMobilités et (R)évolutions numériques

15e colloque du GT Mobilités Spatiales, Fluidité Sociale (MSFS)

Du 8 au 9 novembre 2016, à Champs-sur-Marne (Marne-la-Vallée)

Mercredi 9
(R)évolutionner
Eric Dagiral
› 17:00 - 17:30 (30min)
› Amphithéâtre
Mobilités physiques et numériques et ancrages dans une petite commune rurale isolée
Margot Beauchamps  1@  , Hélène Trellu  1@  
1 : Télécom Bretagne - Brest  -  Site web
Télécom Bretagne
Technopôle Brest-Iroise - CS 83818 - 29238 Brest Cedex 3 -  France

Cette communication s'appuie sur une monographie d'une petite commune du Finistère (environ 300 habitants) isolée et hors de l'influence des pôles selon le zonage en aire urbaine 2010 de l'INSEE. Cette commune est par ailleurs située dans un bassin de vie peu accessible (selon l'indicateur du temps moyen d'accès aux services d'usage courant au plus près du domicile de l'INSEE: BPE 2014). Il s'agit de regarder les usages d'Internet par les habitants de cette commune et de se demander en quoi les mobilités permises par les technologies numériques renouvellent, reconfigurent l'accessibilité aux ressources sociales. La notion d'accessibilité est abordée du point de vue des personnes et non des lieux. Quant aux ressources sociales, il s'agit de l'ensemble des éléments matériels et immatériels, que peuvent mobiliser les individus en vue d'acquérir ou de maintenir une position dans l'espace social : emploi, logement, éducation, information, ressources culturelles, loisirs, santé (et plus généralement tout service marchand ou non marchand), réseau social, familial, etc. Nous nous basons essentiellement sur des entretiens (terrain en cours) menés auprès des habitants, tout en prenant en compte les politiques locales mises en place dans cette commune.

Les récits de vie visent à retracer d'une part, les trajectoires résidentielle, professionnelle et d'appropriation des outils numériques, et d'autre part, l'analyse des pratiques numériques, de mobilité et stratégies d'accès aux services et à l'information. Ils permettent de mettre au jour les différentes logiques qui prévalent dans les arbitrages faits entre mobilité, télécommunication et choix de localisation par les habitants (d'âge et de situation sociale variés) de cette commune. Comment les outils numériques sont mobilisés par les habitants dans l'organisation de la vie quotidienne, comme dans les orientations à plus long terme que prennent leurs trajectoires de vie, et dans les sociabilités ? Dans quels contextes ont-il recours au numérique plutôt qu'à d'autres modes d'accès aux ressources sociales ? Quelles places tiennent les contraintes (économiques, sociales, cognitives, etc.) dans ces possibilités d'arbitrage ? La faible accessibilité aux services est-elle compensée par des mobilités physiques et/ou numériques ? Quelles stratégies adoptent ceux qui, par choix ou par contrainte, n'utilisent pas Internet pour accéder aux ressources sociales qui ont du sens pour eux ?

Le rôle respectif des mobilités physiques et numériques et de l'ancrage dans la construction des identités et des imaginaires chez les personnes interrogées est également abordé dans les entretiens. Quel(s) monde(s) Internet permet-il d'habiter quand on réside dans une petite commune isolée ?

En dotant potentiellement tout lieu du monde de l'ensemble des ressources informationnelles et interactionnelles accessibles par Internet, les outils numériques révolutionnent le cadre des contraintes spatio-temporelles qui s'exercent sur les activités humaines. Cette communication vise à confronter ce potentiel révolutionnaire d'Internet aux expériences des habitants d'une petite commune du Finistère, dans leur diversité sociale. Elle s'inscrit dans un projet de recherche ANR qui vise à interroger le potentiel d'Internet à distribuer de manière plus égalitaire les pouvoirs d'agir.


Personnes connectées : 1