bandeauMobilités et (R)évolutions numériques

15e colloque du GT Mobilités Spatiales, Fluidité Sociale (MSFS)

Du 8 au 9 novembre 2016, à Champs-sur-Marne (Marne-la-Vallée)

Mardi 8
Equiper
Philippe Vidal
› 14:30 - 15:00 (30min)
› Amphithéâtre
Virtualité des déplacements quotidiens et recours aux applications d'aide à la mobilité par les usagers des transports en commun franciliens
François Adoue  1@  
1 : Laboratoire Ville, Mobilité, Transport  (LVMT)  -  Site web
PRES Université Paris-Est, IFSTTAR-AME, IFSTTAR UMR-T9403, École des Ponts ParisTech (ENPC), Université Paris-Est Marne-la-Vallée (UPEMLV)
14-20 Boulevard Newton - Cité Descartes, Champs sur Marne - F-77447 Marne la Vallée Cedex 2 -  France

 

Cette proposition de communication porte sur l'hybridation des dimensions virtuelle et corporelle de la mobilité, observables sous la triple impulsion de la diffusion du smartphone, de l'amélioration de la qualité de la connexion aux réseaux de télécommunication dans les transports en commun et du développement d'applications d'aide à la mobilité. Deux sens différents peuvent être attribués à la notion de mobilité virtuelle. La mobilité virtuelle peut être saisie à travers le déplacement dans l'espace d'informations, de savoirs et de pensées (Kellerman, 2011), suivant l'opposition immatérialité/matérialité du déplacement. Au sujet des applications d'aide à la mobilité, l'hybridation est alors caractérisée par le transfert, depuis un réseau de transports vers un voyageur, d'informations concernant un déplacement projeté ou en cours. Le second sens attribuable à l'adjectif « virtuel » renvoie aux notions de capacité et de potentialité (Kaufmann, 2002 ; Lévy, 2000 ; Rocci, 2008), en s'opposant aux adjectifs « actuel » ou « réalisé ». La mobilité est donc une « virtualité appropriable » (Rémy, 2000) : l'individu s'appropriant un univers des possibles en matière d'opportunités d'activités sur le territoire et de modes d'accès. En ce sens, l'hybridation des dimensions virtuelle et corporelle de la mobilité est alors caractérisée par une plus grande intrication entre information personnalisée sur les conditions de réalisation d'un déplacement (horaire, itinéraire, durée, etc.) et définition du champ des possibles.

Il convient de s'interroger sur la mesure dans laquelle l'accès amélioré à une information personnalisée sur les conditions de déplacements recompose le rapport entretenu par les individus aux virtualités de la mobilité quotidienne. Aussi, nous étudions la manière dont les usagers s'approprient ces informations personnalisées pour construire et adapter leurs déplacements au quotidien.

Cette proposition de communication se base sur les résultats de deux enquêtes menées auprès d'usagers abonnés au réseau de transports en commun francilien : une enquête par entretiens semi-directifs réalisée entre 2013 et 2014 (22 entretiens) et une enquête par questionnaire en ligne diffusée en 2015 (888 questionnaires). Ces enquêtes ont été réalisées dans le cadre d'une thèse de doctorat portant sur les liens entre diffusion du smartphone et mobilité quotidienne en transports en commun.

Nos résultats soutiennent l'idée que les applications d'aide à la mobilité offrent, outre des voies d'optimisation temporelle des déplacements quotidiens, une forme de sécurisation de la mobilité. Elles permettent en effet une meilleure intégration des schémas de déplacements dans l'agenda quotidien, encourageant ainsi la réduction des frictions spatio-temporelles caractérisant tout déplacement.

 

Bibliographie

KAUFMANN V. (2002), Rethinking mobility, Contemporary Sociology, Aldershot, Ashgate, 118 p.

KELLERMAN A. (2011), “Mobility or mobilities: Terrestrial, virtual and aerial categories or entities?”, Journal of Transport Geography 19 (2011) 729–737.

LEVY J. (2000), « Les nouveaux espaces de la mobilité », In Bonnet M. & Desjeux D. (eds), Les territoires de la mobilité, Paris, PUF, pp 155-170.

RÉMY J. (2000), « Métropolisation et diffusion de l'urbain : les ambiguïtés de la mobilité », in M.Bonnet & D. Desjeux (ed.) Les territoires de la mobilité́, Paris, Presses Universitaires de France, pp 171-188.

ROCCI A. (2008), « Comprendre les freins et les leviers du changement de comportement de mobilité à travers la notion de “capital mobilité” », in Clochard F., Rocci A. et Vincent S., (dir.) (2008), Automobilités, altermobilités. Quels changements ?, L'Harmattan, pp 157-168.

 

 


Personnes connectées : 1